La Controverse

 

ACCUEIL... 

CONTES... 

Ateliers et stages

 

AGENDA... 

CONTACT... 

LIENS...

 

 Sur scène, une rue d’une ville africaine avec une baraque café équipée des bâches du HCR, des sacs plastiques, etc. Un fou entre mi-nu et sale, il danse, possédé. Un homme, le sage chante. Il chante  la liberté d’un homme « qui a donné une part de sa fortune pour les enfants des rues ». Le fou, bouffon blessé, s’emporte et ridiculise la générosité.

 

Le sage veut lui montrer qu’il fait fausse route. Devant  son incompréhension, il prend un biais  pour la parole du conte et lui raconte  Les 11 portes .  Le fou devient homme d’Etat, le sage choisit des « spect-acteurs »  dans la salle et ils deviennent personnages de fable.  Du théâtre naît alors avec l ‘humour et la parole  puissante, poétique des contes.   

           Le fou rétorque au sage par un autre conte :  Le caïd et le taxi driver, libre adaptation urbaine, humaine du chasseur et du caïman conte d’Afrique de l’Ouest. Elle montre l’étendue  surprenante de l’ingratitude humaine. Les éléments du décor deviennent marionnettiques. Voilà le deuxième temps.

Le sage,  en réponse, précise alors son argumentation  en montrant au travers les mésaventures tragi-comiques d’un riche avare, comment on peut se perdre pour garder ses richesses et se libérer  en étant dépouillé de son argent. Voilà le troisième temps.

A cet argument, le fou répond avec La poignée de sable adaptation d’un conte peul plein d’humour. Un riche veut prendre en charge un homme pauvre. Celui ci conscient qu’il n’est pas bon de vivre sur le dos de quelqu’un trouve une  réponse inattendue et apprend au riche qu’à trop vouloir donner, on peut récolter l’indigne ingratitude. Voilà le quatrième temps.

 Le 5ème temps est un combat de proverbes, un échange en rythme d’arguments forts. En final, nous convions le public à reprendre la chanson du fou ou du sage. Manière  d’amener de façon conviviale chacun à se définir par rapport à ce qui a été dit. De dire aussi que ces interrogations appartiennent à tous.

  Ces contes se veulent suivant l’expression d’ Amadou Hampâté Bah «  utiles, futiles et instructifs «, c’est à dire à la fois  simples, amusants, et pleins d’enseignement :

« La Controverse » est une pièce métisse : Les chants, les danses, les musiques  africains  y ont une grande importance. Ils sont le fruit d’une collaboration entre le metteur en scène et les artistes guinéens.  Mais l’auteur  et metteur en scène est européen. Il peut profiter de la diversité des rencontres de sa « carrière ».

 

Il recherche une plus grande « vérité », une humanité dans le jeu et une scénographie un peu inattendue. Il recherche aussi une interaction riche et variée entre le public et les acteurs, sans démagogie. 

 L’objet de cette controverse est de parler d’une chose sérieuse sans se prendre à son sérieux,  de nous poser une question dans le rire, le jeu, le plaisir :

Qu’est-ce que le don ?                      

 Prise de pouvoir sur autrui et nécessité de la vie ? Sottise face à l’ingratitude et Obligation spirituelle ?

Liberté  et assujettissement ? Mais peut-on donner sans recevoir ?  On ne donne pas pour recevoir  en échange ?  Dans cette Afrique qu’on dit avoir tellement aidée en vain, cette question est capitale. Le don est le premier rapport social. Il mérite qu’on le questionne pour qu’une chose nécessaire et belle  ne soit pas trop pervertie…

                                                                                    

 L'auteur : PHILIPPE CHAUVIN

Retour à Philippe CHAUVIN

 

LES AUTRES PROJETS

 

Site mis en place et hébergé par Olf Software.